Création d’une maison de santé pluridisciplinaire (MSP)



LE PROJET ABOUTI ET INAUGURE









1 - Le contexte

Les maisons de santé sont définies par la loi du 21 juillet 2009 portant réforme de l’hôpital relative aux patients, à la santé et aux territoires. Elles contribuent à assurer l’accès des soins à la population dans une stratégie régionale de santé portée par le directeur régional de l’Agence Régionale de Santé (ARS). A ce titre le directeur de l’ARS est en charge d’accompagner les promoteurs des maisons de santé.
Le développement de ces maisons de santé est un des éléments de réponse à la désaffectation des jeunes médecins pour la médecine générale, aux problèmes de démographie médicale, aux craintes d’isolement des jeunes médecins notamment en milieu rural.

2 -  Les objectifs

- Offrir à la population d’un territoire un lieu de prise en charge la plus globale possible,
- Contribuer à l’amélioration de la qualité de la prise en charge des malades par un exercice coordonné des professionnels de santé (médecins et auxiliaires médicaux) par une complémentarité des approches, le partage d’expériences,
- Assurer la continuité des soins,
- Améliorer les conditions de travail des professionnels de santé,
- Développer une orientation nouvelle de la formation des jeunes professionnels de santé, ouverte sur ce nouveau mode d’exercice et de coopération.

3 -  Les financements

En ce qui concerne la création des maisons de santé pluridisciplinaires, l’investissement est porté par les Communautés de Communes, maître d’ouvrage dans les territoires prioritaires identifiés dans les schémas régionaux d’organisation des soins ainsi que dans les zones de revitalisation rurale.
Le financement de l’Etat est prévu au taux maximal de 25 % à la condition qu’un projet de santé élaboré par les professionnels de santé soit déposé simultanément avec le projet immobilier qui précise la nature juridique de la future structure.

4 -  Pourquoi un tel projet à Montmédy porté par la Codecom ?

 A l’origine, deux médecins visionnaires, les docteurs Jacquemart et Mercier se sont associés pour créer en 1969, rejoints par le docteur Bertaux de Marville, le premier groupe médical rural en Meuse qui offrait à la population du canton un service médical continu.
Cette structure, composée aujourd’hui de 4 médecins permet de travailler en équipe, de bénéficier d’une organisation optimisée (secrétariat commun), et d’assurer les différents départs de médecins (retraite ou changement d’orientation professionnelle) en accueillant de jeunes médecins attirés par le travail en équipe en milieu rural.
Cette audace des deux pionniers a prouvé pendant toutes ces années son utilité, sa pertinence. Mais aujourd’hui un nouveau pas doit être franchi afin de répondre à l’évolution des besoins mais aussi de la pratique médicale (hospitalisation à domicile, travail pluridisciplinaire partagé par les médecins, les infirmiers, les kinésithérapeutes, et tous les autres auxiliaires de santé), organisation des interventions d’urgence (SAMU, pompiers).
Pour ce faire, des nouveaux locaux doivent être créés pour répondre à cette pratique, aux exigences d’aujourd’hui en matière d’accessibilité, de confidentialité, de salles de réunion pour partager l’exercice professionnel, de mutualisation de moyens (secrétariat, informatique, salle d’attente…) mais aussi pour répondre à une démographie croissante du canton (+ 1 000 habitants les 17 dernières années) avec une augmentation sensible du nombre de personnes âgées. Pour répondre à ce défi, les médecins, les infirmiers, les kinésithérapeutes, une orthophoniste, les pharmaciens, le SIAD se sont regroupés en créant une association «pôle de santé du Pays de Montmédy » et ont élaboré ensemble un projet de santé.


5 -  Et demain ?

Les élus de la Communauté de Communes sont convaincus que l’avenir de notre territoire est lié à l’attractivité de l’offre des services à la population dans ce cas particulier à l’offre et à la continuité des soins. La création de cette maison de santé, portée avec et par les professionnels de santé s’inscrit dans une démarche globale et cohérente du mieux vivre dans le canton. Elle est complémentaire au projet de foyers-logements mais également à celui  de la crèche, à l’accueil des nouveaux habitants, et au développement économique et touristique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire